ITW Prix Avenir des Métiers d’Art INMA 2017

Le Clan des Carpates a décidé de mettre en lumière les jeunes artisans de demain (Orfèvres, ébénistes, bottiers, chapelier-modistes…) présentés au « Prix Avenir des Métiers d’Art » organisé par la Préfecture de Paris et d’Ile-de-France. C’est une manière comme une autre, pour nous créateurs, de donner un coup de pouce à d’autres talents.

Questions au Service régional de communication interministériel de la Préfecture de Paris et d’Ile-de-France.

Propos recueillis par Arnaud Delporte-Fontaine

1/ Racontez-nous les origines du Prix Avenir des Métiers d’Art, ce qui a motivé la création de ce prix ? Le Prix Avenir des métiers d’art a été créé en 2002 par la Société d’encouragement aux métiers d’art (SEMA), qui est devenue aujourd’hui l’Institut national des métiers d’art (INMA). L’objectif était de valoriser les jeunes en formation dans ce secteur qui n’était pas suffisamment mis en lumière à l’époque, et aujourd’hui encore il contribue à les encourager à persévérer dans ces carrières trop souvent méconnues mais pour autant tellement importantes pour le rayonnement culturel mais aussi économique de notre pays.

2/ Quels sont les métiers défendus par l’Institut national des métiers d’art (INMA) ? Je ne vous les listerai pas un à un, car contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, ils sont très nombreux, en effet, ils sont au nombre de 198, répartis en 83 spécialités et en 16 domaines. Cette liste, qui va de l’architecture à la bijouterie en passant par la céramique, le textile, le graphisme ou les jouets, a été fixée par un arrêté, le 24 décembre 2015.

Publicités

Les commentaires sont fermés.